Délégationdu Gard

Alès : journée d’action commune contre les préjugés

Alès : journée d'action commune contre les préjugés

publié en avril 2017

Dans le cadre de la mobilisation du Secours Catholique contre les préjugés et pour plus de fraternité, le groupe alésien a mis en œuvre une action visant à la rencontre entre des jeunes en recherche d’emploi et des chefs d’entreprise. Pour ce faire, des organismes locaux ont été contactés tels que l’École de la deuxième chance, la mission locale pour l’emploi…

La rencontre s’est déroulée le lundi 27 mars 2017 de 9 h à 12 h, salle Jules Cazot à Alès. Il s’agissait, à partir d’ateliers interactifs autour de la question des préjugés, de favoriser la rencontre d’acteurs économiques socialement éloignés en vue de la création d’un réseau.

Les ateliers avaient été conçus autour de 2 objectifs prioritaires :

  • Faire émerger au sein du groupe les représentations relatives à des préjugés fréquents.
  • Favoriser la prise de distance, dans le respect des personnes et des points de vue.

Le groupe présent, composé à parité de jeunes et d’adultes ayant (ou ayant eu) des responsabilités professionnelles, a tout d’abord visionné un film (La Cimade) d’une dizaine de minutes. Il s’agissait de clarifier le sens de certains concepts au travers d’explications et d’exemples simples : stéréotype, préjugé, discrimination.

Un deuxième visionnement a été proposé en vue de la réalisation d’une affiche qui mettrait en lumière 3 points :
• Qu’est-ce qu’un stéréotype ?
• Quelles peuvent en être les conséquences ?
• Comment éviter de passer d’un préjugé à de la discrimination ?
Deux groupes distincts ont ainsi produit chacun une affiche présentant le thème assorti d’un slogan, d’une illustration visuelle et de quelques mots d’accroche.

Les deux ateliers suivants visaient une prise de parole constructive et respectueuse du point de vue d’autrui.

L’action nommée « Les 3 coins » visait l’émergence des représentations autour du thème des préjugés et leur éventuelle mise à distance grâce à une argumentation collective. Des phrases étaient proposées et tirées au sort, par exemple : « un préjugé repose forcément sur une vérité » ; « il n’y a pas de fumée sans feu »… Il était demandé à chacun de se positionner dans un coin de la salle par rapport à son opinion personnelle sur chaque phrase : coin des personnes « d’accord », « pas d’accord » ou « sans opinion ». Chaque groupe exposait ensuite ses arguments et répondait aux questions posées. Les participants pouvaient ensuite changer de coin si leur point de vue initial avait changé ; ils étaient invités à dire quel argument leur avait fait modifier leur opinion.

S’ensuivit un débat organisé sous forme de jeu de rôle afin de favoriser la décentration des personnes. Les participants tiraient au hasard une carte qui leur indiquait leur rôle (être d’accord ou pas d’accord) dans un débat autour d’un préjugé et ce, quel qu’ait été leur véritable point de vue sur la phrase tirée au sort. Les participants – jeunes ou moins jeunes, sans emploi ou chefs d’entreprise – ont ainsi été mis en situation d’assumer un avis parfois différent du leur sur des phrases telles que « les patrons sont tous richissimes parce qu’ils exploitent les employés » ou « les jeunes ne sont pas fiables, ils sont fainéants et irresponsables »…

Les présents se sont investis résolument dans l’ensemble de ces ateliers et leurs productions ont été riches, constructives et toujours respectueuses. Ils ont exprimé en fin de session leur sentiment d’avoir progressé dans leur connaissance de la question des préjugés, de la discrimination et de leurs conséquences humaines, à la fois sociales et psychologiques.

Imprimer cette page

Portfolio