Délégationdu Gard

Dans le Gard

Le projet « Les bons voisins » fait son chemin,

Habitat participatif

À Vauvert, à la Roulotte des délices, un collectif d’habitants a exprimé le souhait de vivre ensemble et de s’entraider dans un lieu partagé. Dans la suite de cette demande, un projet d’habitat participatif soutenu par le Secours Catholique du Gard a vu le jour en 2015. Puis s’est créée l’association « Les bons voisins » dans l’objectif de réaliser cet habitat collectif ainsi que de développer des activités rémunératrices et solidaires. La phase de structuration a commencé au printemps 2019 avec la mise en place d’un accompagnement professionnel. À suivre...

Le projet « Les bons voisins » fait son chemin,

publié en février 2020

Depuis 2017, l’association est accompagnée par un compagnon de Colibri dans le montage juridique et financier du projet et son modèle de gouvernance. Dans ce projet d’habitat solidaire des Bons voisins, l’objectif est de permettre à des personnes en situation de précarité et d’isolement de vivre en habitat partagé, solidaire, écologique et d’autosuffisance. Ce projet social s’appuie sur la réalisation d’un habitat collectif ainsi que sur la création et le développement d’activités rémunératrices et solidaires. S’est formé un collectif de personnes en situation de précarité qui se sont rencontrées autour de la Roulotte des délices. La phase de structuration a commencé au printemps 2019 avec la mise en place d’un accompagnement professionnel. Le projet comporte donc deux axes : 1. Une opération immobilière concernant la création de douze logements à caractère social. Le choix du collectif se porte sur des logements écologiques et minimalistes (optimisation des surfaces habitables). Cette opération comprend aussi la création d’espaces d’activités rémunératrices.

2. Le montage et le développement d’activités rémunératrices et solidaires qui constituent le socle de la pérennité du projet. Elles permettent une sécurité financière collective. Elles structurent la vie du collectif et sont l’expression de ses valeurs de fraternité et de solidarité. Le Secours Catholique du Gard est partenaire, il soutient le groupe et finance l’étude de faisabilité. Cet habitat participatif regroupe dix logements de 50 à 60 m2, un espace collectif et des espaces partagés ou mutualisés tels que le potager, l’atelier de rénovation de meubles, l’épicerie groupée et des services de covoiturage, de partage d’outils, etc. Aujourd’hui, le projet atteint la fin de sa première phase d’accompagnement correspondant à une étude de faisabilité et à la structuration du collectif vers son autonomie.

À l’issue de cette première phase :

• Le collectif s’est structuré : en prenant en main les aspects de gestion administrative et de gouvernance interne, en s’intégrant à un rythme constant dans le développement du projet, en parvenant à une base de culture commune suffisamment solide pour prendre des décisions mûries et intégrer de nouveaux membres.

• Le Secours Catholique a contribué de manière significative à ces avancées, en missionnant une animatrice pour le suivi du projet, en finançant l’accompagnement, en apportant aux porteurs de projets un soutien moral et technique, une aide à la recherche de solutions de financements tiers, une mise à disposition des ressources de son réseau national (réseau Caritas, réseau de bénévoles).

L’étude de faisabilité prévoit une évaluation des capacités du collectif et du potentiel du projet, un budget d’opération immobilière ainsi que des préconisations sur les perspectives de développement.

Les enjeux majeurs restants (avant construction) sont :

• le recrutement et la cooptation de nouveaux membres afin d’atteindre 70 à 80 % de foyers pour lancer l’opération immobilière (les foyers manquant rejoindront rapidement le groupe, vu l’attractivité du projet) ;

• la création d’un partenariat pour réaliser l’opération immobilière ; aujourd’hui, la perspective privilégiée concerne Caritas Habitat ;

• l’élaboration de la forme juridique la plus adaptée au projet afin de finaliser le montage d’opération et d’un modèle économique des activités rémunératrices ; • élaborer • le suivi des démarches permettant de saisir une opportunité foncière ;

• la finalisation du programme architectural.

Ces enjeux représentent un travail durant dix-huit à vingt-quatre mois. Nous souhaitons parvenir au chantier de construction dans le premier semestre 2022.

Imprimer cette page

Faites un don en ligne