Délégationdu Gard

L’atelier sociolinguistique de Nîmes en visite à Aigues-Mortes

Deux groupes de l’atelier sociolinguistique (ASL) sont allés passer la journée du 4 juin à Aigues-Mortes. C’est avec plaisir que nous vous proposons de lire leur compte rendu, rédigé avec une belle maîtrise de la langue française.

publié en juillet 2013

« Nous avons pris le train en gare de Nîmes. Nous avons acheté nos billets à l’automate pour aller à Aigues-Mortes. Nous étions dix, apprenantes et animatrices. Zohra a failli rater le train, les portes allaient se fermer ! Nous sommes rentrées dans l’église, avons vu la statue du roi Saint Louis toute dorée. C’est là que Saint Louis a reçu la bénédiction pour partir en croisade. C’était le roi Louis IX : il est devenu Saint Louis après sa mort. C’était le roi de France. Nous avons aussi vu saint Antoine qui portait l’enfant Jésus. L’église est ancienne, les vitraux sont modernes : verts, rouges, jaunes. C’est un peintre nîmois qui les a peints : Claude Viallat.

En sortant de l’église, nous nous sommes rendues sur la place du village et avons vu la statue de Saint Louis. Nous avons pris des photos. Nous sommes allées à l’office de tourisme pour prendre des documents. Ensuite, nous sommes sorties des remparts pour aller pique-niquer dans un petit jardin. Nous avons rencontré un groupe de marocaines des Restos du Cœur qui ne connaissaient pas le Secours Catholique. Nous leur avons donné notre adresse pour les cours de l’ASL.

Après le repas nous sommes allées prendre un café ou une glace dans un bar. Nous avons discuté du programme de l’après-midi. Un groupe de cinq personnes a pris le petit train touristique. Les autres sont allées autour des remparts faire la visite (1,6 km). Marie Durand [a connu la captivité dans] la tour de Constance ; c’est une prison pour les huguenots. [Marie Durand] n’était pas d’accord pour devenir catholique. Elle a été emprisonnée à l’âge de 19 ans, pendant trente-huit ans. Elle a gravé sur le mur avec ses ongles "résister". Par le petit train, on a vu les salins (marais salants). Puis, une heure de liberté pour faire les boutiques, chacune de son côté. Après l’on s’est retrouvées pour aller à la gare. Zohra ne voulait pas rentrer. Faouzia voulait faire une croisière ! »

Imprimer cette page

Portfolio